Petite histoire de la longue paume

mardi 10 mars 2009, par Anny-Claude GUENARD


La première mention d’un jeu de balle que l’on peut apparenter à la paume est le jeu de la phaeninde, inventé par les Grecs antiques. Le but de ce jeu étant de faire mourir la balle dans le camp adverse.
 
La conquête romaine en Grèce puis en Gaule a amené ce jeu dans nos contrées, mais les sources documentaires restent parcellaires.
 
C’est à partir du XIIIème siècle que les jeux de paume sont à nouveau visibles dans les documents historiques. Jusqu’à cette époque, longue et courte paume se confondent encore dans les écrits.
 
La distinction commence à se faire à cause d’interdits royaux et papaux. En effet, le spectacle de membres du clergé jouant au jeu de paume en public choque de plus en plus et les moines sont invités à rester dans leurs couvents. Là, ils continuent à jouer et créent de facto la courte paume. La longue paume qui se joue en extérieur, et encore le plus souvent à main nue, est pratiqué par les paysans qu’on appelle « vilains ». Pratiquée également par les Grands du royaume, la paume est présente dans toute la France avec des variantes locales qui vont données aujourd’hui des sports en apparence très différents mais qui ont bien une origine commune. L’exemple le plus flagrant étant la pelote basque qui propose une multitude de disciplines.
 
Les jeux de paume commencent à décliner à partir du XVIIème siècle, essentiellement pour deux raisons. Tout d’abord pour des raisons hygiéniques. En effet, le XVIIème siècle est marqué par quelques épidémies meurtrières de peste notamment, les pratiquants craignant de contracter cette maladie lors des parties. De plus Louis XIII et par la suite Louis XIV, qui règnent alors sur la France, délaissent ce jeu pour d’autres activités de salon plus conforme à l’étiquette. Par effet de tropisme, les gentilshommes adoptent ce nouveau mode de vie, qui renie totalement la moindre activité physique.
 
C’est à partir du XIXème siècle que l’activité physique retrouve une place importante dans les mentalités et la notion de « sport » apparait à partir de 1850. Les vertus du sport sont enfin reconnues et recherchées. La longue paume profite de ce regain d’intérêt et fait partie des premières à se fédérer de manière institutionnelle.
 
L’Union des Sociétés de Longue Paume de Picardie adhère dès 1897 à l’Union Française des Sports Athlétiques et se voit remettre un drapeau qui récompense encore aujourd’hui l’équipe championne de France en seconde catégorie. Cette Union des Sociétés de longue Paume de Picardie deviendra par la suite Union des Sociétés de Longue Paume de la Somme tandis que l’Union des Sociétés de Longue Paume de l’Oise sera crée en 1908. La Fédération Française de Longue Paume verra le jour en 1921 avec à sa tête Gabriel-Joseph Raynal et un trophée sculpté par Charles Brennus vient récompenser l’équipe championne de France de première catégorie.
 
La Première Guerre Mondiale a été très meurtrière sur le plan humain mais elle a aussi causée la disparition de nombreux terrains en Picardie, qui fût un de principaux théâtres d’opérations de la guerre.
 
D’une manière générale, le XXème siècle a été très difficile pour les sports régionaux avec le développement d’une civilisation de consommation et de loisirs, très individualiste. La longue paume a su traverser toutes ces difficultés et espérons que ce sera encore le cas très longtemps.




Espace privé              Plan du site - Mentions légales - Contact - Suivre la vie du site RSS 2.0